20 octobre 2017

Respirer, invisible poème.

    Respirer, invisible poème.Toujours autour de moi,d’espace pur échange. Contrepoidsoù rythmiquement m’accomplit mon haleine. Unique vague dont je soisla mer progressive ;plus économe de toutes les mers possibles, —gain d’espace. Combien de ces lieux innombrablesétaient déjà en moi ? Maints ventssont comme mon fils. Me reconnais-tu, air, encore plein de lieux miens tantôt ?Toi qui fus l’écorce lisse,la courbe et la feuille de mes mots.   Rainer Maria Rilke, Sonnets à Orphée, 1922     *   ... [Lire la suite]
Posté par rolandbussone à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 juillet 2017

Santé poétique

*   La poésie est le grand art de la construction de la santé transcendantale. Le poète est par conséquent le médecin transcendental.La poésie agit à sa guise avec la douleur et l'envie - le plaisir et le déplaisir - l'erreur et la vérité - la santé et la maladie -, elle mélange tout cela pour en faire le bruit suprême - l'élévation de l'homme par-dessus lui-même. Novalis, Semences.       Pour en savoir plus sur Novalis : https://fr.wikipedia.org/wiki/Novalis
12 avril 2017

Paix

  HOMMAGE : Paix, Yannis Ritsos   Le rêve de l’enfant, c’est la paix.Le rêve de la mère, c’est la paix.Les paroles de l’amour sous les arbresc’est la paix. Quand les cicatrices des blessures se ferment sur le visage         du mondeet que nos morts peuvent se tourner sur le flanc et trouver         un sommeil sans griefen sachant que leur sang n’a pas été répandu en vain,c’est la paix. La paix est l’odeur du repas, le... [Lire la suite]
Posté par rolandbussone à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 avril 2017

Grécité III

    Dans ce pays, le ciel ne diminue jamais un seul instant la flamme de nos yeux. Dans ce pays, le soleil nous aide à soulever le poids  De pierre que nous avons toujours sur nos épaules  Et les tuiles se brisent net sous le coup de genou de midi  Les hommes glissent devant leurs ombres comme les dauphins devant les caïques de Skiathos  Et leur ombre devient un aigle teignant ses ailes dans les flux du couchant  Pour se percher ensuite sur leurs têtes en songeant aux étoiles  Quand... [Lire la suite]
Posté par rolandbussone à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 juillet 2015

Retour définitif et durable de l'être aimé, livre d'Olivier Cadiot

  Comment évoquer ce livre? Peut-on même parler de récit, sinon de roman, de poésie mêlé? Il est composé de trois parties : Lapin fluo, Agent orange, Villa Einstein, écrites de petits paragraphes, ponctués de courtes phrases, parfois nominales, comme : "Cheveux d'or.", pu "Mon lapin fluo, mon antivache rétinienne, mon souvenir futur." Parfois celles-ci laissent entrevoir des possibles dont on ne saura s'ils sont réalisés, tels : "Si l'on est menuisier", "Si l'on est dans un film de kiddnaping noir", "Si on est mathématicien".... [Lire la suite]
22 février 2015

Montage du Dehors et du Dedans, à partir des poèmes de Nicolas Bouvier

Ecrits entre 1953 et 1997, les poèmes du poète-voyageur Nicolas Bouvier présentent plusieurs tonalités. Il est toutefois à noter que la mort est présente dès les poèmes les plus anciens du recueil, et pas seulement dans ceux écrits à l'approche de celle-ci,  de la disparition annoncée par la maladie.   C'est par le biais de ce filtre que j'ai abouté les passages qui suivent, et qui - du moins à mes yeux - constituent un ensemble cohérent, bien que je n'aie pas modifié l'ordre dans lequel ils figurent dans le recueil. ... [Lire la suite]
Posté par rolandbussone à 23:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

17 février 2015

Le dehors et le dedans, Nicolas Bouvier

Voyageur infatiguable, arpenteur d'une nature brute, Nicolas BOUVIER (1929-1998) n'a fait paraître qu'un unique recueil de poésies, écrites entre 1953 et 1997.     Novembre   Les grenades ouvertes qui saignent sous une mince et pure couche de neige le bleu des mosquées sous la neige les camions rouillés sous la neige les pintades blanches plus blanches encore les longs murs roux les voix perdues cheminent à tâtons sous la neige toute la ville, jusqu'à l'énorme citadelle s'envole dans le ciel moucheté ... [Lire la suite]
Posté par rolandbussone à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 février 2014

Etincelles de Christian Bobin 22

* 22 *   Choses irréelle qui ne subsistent qu’à la mesure de nos peurs et de notre besoin d’être rassuré : le sentiment amoureux. La littérature – à l’exception de la poésie. La manière dont le monde est raconté par les journaux. La séduction, la vengeance, les honneurs. La conscience que nous avons de nous-mêmes. Les actes de propriété, les agendas et les calendriers.   Choses indéniablement réelles : la faim. Le froid, la poésie – toute la poésie. Mozart. Les maux de dents. La joie. La lumière des saisons.... [Lire la suite]
29 avril 2011

Autour du feu

* * Cela pourrait commencer par un feu de printemps * * Déjà des formes qui se suggèrent * * Couleurs, formes, grains, lignes, contrastes ... *   * L'on se croit à voir un croissant de lune neptunéen à l'oeil ouvert * * et déjà la forme vire vers l'abstraction * * * * Un univers autre se dégage d'une tournure d'esprit tournant à la poétisation du banal, *   * ou tout ce que l'on voudra voir ou ne pas voir ... *
Posté par rolandbussone à 23:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 janvier 2011

Gil Jouanard, L'oeil de la terre

* Face, avec et dans le chaos de l'existence, ici, là, dans la matière, ceci : Le poème est l'événement majeur susceptible de survenir dans l'ordre de la langue. Tout poème fait séisme, met à jour des couches ensevelies de la mémoire des mots. Ce n'est pas dans le sujt traité qu'agit la poésie ; c'est dans le glissement de sens perpétré dans le paysage domestique de la langue. Aussi le poète ne "traite"-t-il pas de sujet ; ce sont les mots qui traitent leur propre sujet. C'est pourquoi  la pertinence, à... [Lire la suite]
Posté par rolandbussone à 22:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,