25 février 2014

Etincelles de Christian Bobin 27

  * 27   *   Les livres en bonne santé sont écrits dans le calme. Ils sortent de la conscience de l’écrivain comme le rêve sort d’un sommeil bienheureux. Ce sont des livres écrits pour continuer à vivre et dormir dans le calme. Les livres malades sont écrits pour interrompre, briser, quitter. […] Ils sont écrits dans une matière d’agonie. L’auteur y mène un combat avec le monde, ou pire encore : avec ce mélange de soi et du monde que chacun, passé un certain âge, connaît d’une connaissance intime et... [Lire la suite]

24 février 2014

Etincelles de Christian Bobin 26

*   26   *   Choses qui viennent par défaut, à la place d’une autre : l’ambition. L’argent. Laver les vitres, classer les photos. La colère. Les voyages.   Choses qui remplissent toute leur place et ont en elles-mêmes leur propre suffisance : nouer les lacets d’un petit enfant. Lire un livre d’une traite, avec la nuit alentour. Changer l’eau des fleurs. L’empreinte d’un moineau sur la neige. L’amour.   P. 145   *
23 février 2014

Etincelles de Christian Bobin 25

25   *   Choses qui s’accompagnent d’une légère douleur : ne plus rien trouver à lire. Sortir de chez moi pour aller prendre un train. La poussée du lundi dans les dimanches soir. Le regard des vendeuses dans les boutiques de luxe, quand elles s’identifient à la rareté de ce qu’elles vendent.   p. 142   Je dirais : ne plus rien trouver à lire de passionnant, d’exaltant. Périodes du post lectionem animal triste qui guette après que l'on a été transporté par un livre. Au point que parfois l’on en... [Lire la suite]
04 février 2014

Etincelles de Christian Bobin 24

*   24   *   Ce qui en nous veut être comblé veut en réalité être obéi. Il suffit pour s’en convaincre de regarder le visage d’un bébé quand il réclame son dû. Pour peu que l’on tarde à lui donner satisfaction, on lit sur son visage la rage d’un dieu aux prises avec de piètres domestiques. Beaucoup de grandes personnes gardent le même visage, mais caché, à l’intérieur, dans leurs façons de vouloir et d’aimer.   P. 140   *
Posté par rolandbussone à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
03 février 2014

Etincelles de Christian Bobin 23

*   23   *   Très tôt j’ai su ce que je ne voulais pas. Cela correspondait à l’ensemble de ce qui m’était proposé comme avenir. Un mariage, un travail. Des objets, des horaires. […] Quand, par des détails minuscules et de plus en plus nombreux, m’a été signifiée la sortie de l’enfance, j’ai commencé à simuler – seule manière de survivre en société. Dans les années où j’e faisais semblant d’étudier […] que m’est-il resté de ces lectures ? […] Dans la rue où j’ai grandi, sur un trottoir près de la maison... [Lire la suite]
02 février 2014

Etincelles de Christian Bobin 22

* 22 *   Choses irréelle qui ne subsistent qu’à la mesure de nos peurs et de notre besoin d’être rassuré : le sentiment amoureux. La littérature – à l’exception de la poésie. La manière dont le monde est raconté par les journaux. La séduction, la vengeance, les honneurs. La conscience que nous avons de nous-mêmes. Les actes de propriété, les agendas et les calendriers.   Choses indéniablement réelles : la faim. Le froid, la poésie – toute la poésie. Mozart. Les maux de dents. La joie. La lumière des saisons.... [Lire la suite]

01 février 2014

Etincelles de Christian Bobin 21

21   *   Vouloir plaire, c'est mettre sa vie dans la dépendance de ceux à qui l’on veut plaire et de cette part en eux, infantile, qui veut toujours être comblée. Ceux qui recueillent les faveurs de la foule sont comme des esclaves qui auraient des millions de maîtres.   p. 133   *   On pourrait dire aussi : La faiblesse des tout-puissants […] La force décuplée des perdants   Alain Bashung l’a chanté, Gérard Manset l’a chanté et écrit.         *
31 janvier 2014

Etincelles de Christian Bobin 20

*   20   *   Ces gens qui font la roue à la télévision, experts en économie ou animateurs de variétés, accomplissent la même besogne. On leur a confié le soin de nourrir l’imaginaire et la pensée d’un peuple. Ils le font maigrir et l’insultent. On devrait leur montrer leurs émissions telles qu’elles sont reçues dans les maisons de retraite, les hôpitaux et les prisons. La plus pertinente manière d’observer une société, c’est de la regarder à partir de ces lieux où l’humain est en voie d’oubli, et d’orienter ainsi... [Lire la suite]
26 janvier 2014

Etincelles de Christian Bobin 19

* 19 * Au début de cette année, j’ai connu la joie de donner la moitié de ma bibliothèque. Je me suis délivré des livres qu’une seule lecture éteint.   p. 123   "des livres qu’une seule lecture éteint" : que cela est bien dit! * Edouard Hopper, Gas, 1940 (détail)   *  
Posté par rolandbussone à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 janvier 2014

Etincelles de Christian Bobin 18

18   * La brûlure de ton rire redonnait des joues fraîches à ceux qui cachaient leur petitesse sous une sagesse grise.   *   « brûlure de ton rire » … « sagesse grise » … je me délecte faisant tourner ces images dans ma tête. *
Posté par rolandbussone à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,