14 octobre 2007

Sam Shepard, A mi-chemin, 10/18

"Il peut se voir de loin maintenant. De très haut, comme s'il était le faucon qui tournoie : un petit homme dans le vide... Il est si loin de lui-même qu'il ne peut plus entendre sa respiration. Ni son coeur."
Posté par rolandbussone à 23:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 octobre 2007

Sam Shepard, A mi-chemin, 10/18

"Il est en plein coeur d'un acte qu'il s'était seulement imaginé accomplir. Maintenant, c'est un petit enfant apeuré qui a pris la place de l'homme fait."
Posté par rolandbussone à 23:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 octobre 2007

Sam Shepard, A mi-chemin, 10/18

"Il voudrait éprouver quelque chose, n'importe quoi."
Posté par rolandbussone à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 octobre 2007

Sam Shepard, A mi-chemin, 10/18

"Le silence total où le vieil homme semblait s'enfoncer de plus en plus en lui-même."
Posté par rolandbussone à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 octobre 2007

Anna Gavalda, Je l'Aimais

"Je vais essayer de vivre sans vous. J'espère que j'y arriverai."
Posté par rolandbussone à 23:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
14 octobre 2007

Anna Gavalda, Je l'Aimais

"Toi, tu es si douée pour la vie. Parce que tu l'empoignes à bout de bras. Tu bouges, tu danses, tu sais faire la pluie et le beau temps dans une maison. Tu as le don merveilleux de rendre heureux les gens autour de toi. Tu es si à l'aise sur cette petite planète."
Posté par rolandbussone à 23:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 octobre 2007

Helldor Laxness, le Paradis retrouvé

La femme ne répondit pas, mais le regarda du fond de son âme, dans un silence humain profond, énorme, rempli de larmes, que rien ne pouvait rompre, qu'un éclat de rire.
Posté par rolandbussone à 22:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 septembre 2007

Yves Bonnefoy

"Nous nous étions fait don de l’innocence, Elle a brûlé longtemps de rien que nos deux corps, Et nos pas allaient nus dans l’herbe sans mémoire, Nous étions l’illusion qu’on nomme souvenir. Le feu naissant de soi, pourquoi vouloir En rassembler les cendres désunies. Au jour dit nous avons rendu ce que nous fûmes A la flamme plus vaste du ciel du soir. Et quelle étrange chose que certains mots, C’est sans bouche ni voix, ni sans... [Lire la suite]
Posté par rolandbussone à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,