fullsizeoutput_2ff2 

fullsizeoutput_2fe9

Guillaume de Villehardouin a élu ce site en 1249 pour y construire, sur une colline escarpée,  un nouveau Château chargé de contrôler la région. Après les avoir fait bâtir le seigneur franc dut céder Monemvassia et Mystra en guise de rançon. Jean vainqueur, Michel VIII Paléologue, empereur de Byzance, s'empressa d'enrichir la ville de magnifiques églises byzantines.

Elle garda son nom de Mystra, dérivé de maîtresse  en patois français, ou bien du fromage grec myzithra. Il devint une véritable capitale régionale. Ce despotat de Morée compta jusqu'à 20 Mille âmes et fut un haut lieu des arts, des lettres et de la philosophie, avant de tomber dans les mains des Turcs en 1460, suivi des Vénitiens, avant d'être incendié par les Russes, par les Albanais. Alors la cité déclina. Seules les églises toujours quasi intactes architecturalement témoignent de cette période fastueuse.

 

fullsizeoutput_2fe4

 

 La colline de Mystra se partage en trois zones: le château, qui domine l'ensemble, et la cité en contrebas, divisée en deux quartiers cernés chacun d'une enceinte : La ville haute et la ville basse, reliées par la porte de Monemvassia.

fullsizeoutput_2fe5

 Le site domine la bourgade moderne.

fullsizeoutput_2fea

fullsizeoutput_2feb

 

P1120245

 

La visite de la ville haute commence par l'église Sainte Sophie. Bâtie au milieu du XIVe siècle elle reçut le nom de Sainte Sofie (Agia Sofia) en hommage à la grande basilique homonyme de Costantinople. Son campanile, dont il ne reste que deux étages, cache un escalier hélicoïdal qui laissent penser qu'il servit de minaret sous la domination turque.

fullsizeoutput_2fec

 

Dans les ouvertures de la coupole apparaissent un Christ en majesté et une naissance de la Vierge. 

fullsizeoutput_2fed

 

P1120248

 

P1120289

P1120249

 

Descendons vers la ville basse par les rues empierrées.

P1120252

P1120253

 

 

Une apparition traverse le chemin, malgré le grand nombre de chats errant sur place  : la nature reprend possession des lieux délaissés par l'humain. S'agit-il d'Asclepios? Juste quelques instants auparavent tout un groupe d'adolescents agités passaient par là. Et maintenant, nous voici tous les deux en tête à tête. Que peut-il penser en me regardant un moment? Au retour de la ville basse je le retrouverai un peu plus loin dans la ruelle et en préviendrai une visiteuse, de crainte qu'elle n'en ait peur. Pas du tout, à ma satisfaction! Nous avons devisé en le regardant se mettre à couvert dans les végétaux.

 

P1120255

 

Le Petit Palais et la plus ancienne et la plus vaste demeure seigneuriale de Mystra. Elle sert de repaire aux chats mendiants.

fullsizeoutput_2fee

 

La ville domine la plaine de Sparte.

 

 

fullsizeoutput_2fef

 

fullsizeoutput_2ff0

P1120260

P1120261

fullsizeoutput_2ff1

P1120263

 

 

P1120264

P1120265

 

P1120257

 

 

Le palais du despote.

fullsizeoutput_2ff4

fullsizeoutput_2ff5

fullsizeoutput_2ff6

fullsizeoutput_2ff7

P1120274

 

fullsizeoutput_2ff9

fullsizeoutput_2ffb

fullsizeoutput_2ffc

fullsizeoutput_2ffd

 

La plupart des bâtiments civils sont très ruinés.

fullsizeoutput_2ffe

 

 

 

P1120291

 

La Métropole vue de la Ville Haute.

fullsizeoutput_3009

 

Montée vers le château.

fullsizeoutput_300a

 

P1120297

 

 

Le site est dominé par le Taygète.

P1120298

P1120301

 

 

De l'autre côté, la vue s'étend jusqu'à la côte.

fullsizeoutput_300c

 

Le monastère de la Pandanassa est l'édifice le plus spectaculaire.

fullsizeoutput_300e

Il est le seul à héberger encore quelques religieuses. 

fullsizeoutput_3011

fullsizeoutput_3013

 

L'une des nombreuses petites églises, Saint-Christophe

fullsizeoutput_3014

 

 

 

A l'écart apparait le monastère de Périvleptos. Il reste le réfectoire installé au rez-de-chaussée d'une haute tour et Léglise, flanqué de de chapelles funéraires. La découverte de ce lieu à l'écart, est émouvante car une atmosphère de recueillement y règne encore.

fullsizeoutput_3016

 

Le site boisé et l'appui contre la roche ajouté à la beauté du monastère.

fullsizeoutput_3017

 

fullsizeoutput_3018

fullsizeoutput_3019

 

Panoramique  des voûtes:

https://youtu.be/hZ4YB79BIAk

Les fresques s'y déploient, nombreuses, sur les murs.

P1120320

fullsizeoutput_301a

 

 

 

 Des fresques exceptionnelles au XIVe siècle, inspirées du nouveau testament et de la vie de la Vierge.

 

fullsizeoutput_301b

 

 ici comme sous les autres coupoles, le Christ Pantocrator.

 

fullsizeoutput_301c

fullsizeoutput_301d

P1120325

fullsizeoutput_301f

fullsizeoutput_3020

 

 

fullsizeoutput_3021

fullsizeoutput_3022

fullsizeoutput_3023

fullsizeoutput_3024

P1120336

 

 

fullsizeoutput_3025

fullsizeoutput_3026

P1120339

P1120340

P1120341

 

fullsizeoutput_3027

fullsizeoutput_3028

 

Batie en croix grecque, au XIIIe siècle.

 

Quittant à regret ce lieu de beauté et de recueillement, je monte visiter le monastère de Pandenassa.

fullsizeoutput_302a

P1120348

 

Nous sommes ici dans un lieu habité.

 

P1120349

P1120350

fullsizeoutput_302b

fullsizeoutput_302d

fullsizeoutput_302e

 

Des signes de pratiques religieuses dont j'ignore le sens : remerciements? offrandes votives?

P1120355

fullsizeoutput_302f

fullsizeoutput_3030

fullsizeoutput_3031

P1120359

La pierre et la brique s'allient à merveille. 

fullsizeoutput_3033

fullsizeoutput_3034

fullsizeoutput_3035

 

redescendant vers la ville basse, cette fois-ci du côté opposé, et tout d'abord se présente la Métropole, Agios Dimitrios, la plus ancienne église de Mystra, fondée au XIIIe siècle.

P1120364

P1120365

 

fullsizeoutput_3036

 

 

 

P1120374

 

On y entre par une cour.

fullsizeoutput_3037

fullsizeoutput_3038

fullsizeoutput_3039

P1120370

 

 

Un sarcophage romain servait de bassin à la fontaine de Marmara.

 

fullsizeoutput_303c

 

fullsizeoutput_303e

 

La composition la plus grandiose est l'Hétimasie, trône vide surmonté de la croix byzantine et entouré d'anges extatiques ; cette image symbolise l'attente du retour du Christ amoment du Jugement Dernier.

P1120373

 

Au sol, une dalle sculptée :

 

fullsizeoutput_303d

 

Le drapeau de l'Eglise Orthodoxe grecque est un drapeau d’or, frappé d’une aigle bicéphale noire couronnée du même et tenant dans ses serres un sceptre et un globe impérial aussi noirs. Il est hérité de l’idéal byzantin de rassemblement et de civilisation (l’aigle bicéphale byzantin, jaune sur fond rouge, était l’emblème de la famille impériale des Paléologues, et devient bannière de l'Empire Byzantin en 1261, lors de la reprise de Constantinople aux Francs par les Grecs). L’aigle bicéphale est aujourd’hui, parmi les hellénophones, l’emblème de l’Église orthodoxe, toutes juridictions confondues. Il est utilisé sur les bâtiments des évêchés, sur les métropoles, sur les monastères et sur les églises le jour de la fête patronale. Au Mont-Athos, à Patmos et parfois ailleurs, il flotte aux côtés des drapeaux grec et européen.

P1120099 Ici, à Monemvassia.

Cet aigle aux ailes déployées a plusieurs symboliques. Au niveau spirituel, il représente l’universalité (ou œcuménisme) de l’Orient à l’Occident (d’où les deux têtes). Au niveau évangélique, il représente Saint Jean (dans la tradition chrétienne, les quatre Évangélistes ont pour symboles l’homme pour Matthieu dont l’évangile débute par la généalogie humaine de Jésus, le lion pour Marc dont les premières lignes décrivent Jean-Baptiste rugissant dans le désert, le taureau pour Luc évoquant Zacharie qui offre un sacrifice à Dieu et l’aigle pour Jean dont l’évangile commence par le mystère céleste). Au niveau canonique, l’aigle est l’emblème de l’autorité bienveillante et vigilante de l’évêque.

Wikipedia

 

 

fullsizeoutput_303f

 

Puis suit l'Evangelista, petite église élégante.

fullsizeoutput_3040 fullsizeoutput_3041

fullsizeoutput_3042

 

La visite se trmine par le monastère Vrondohion, et son église Odigitria (Afendiko), caractéristique du style architectural de Mystra : un plan à trois nefs séparées par des rangées de trois colonnes, supportant un étage de plan cruciforme coiffé de coupoles. 

fullsizeoutput_3043

Elle est décorée de belles peinture murales du XIV e siècle.

fullsizeoutput_3044

fullsizeoutput_3045

 

L'Eglise des Saint-Théodore (Agii Theodori) est remarquable par sa grande coupole, la plus haute de Mystra.

 

fullsizeoutput_3046

 

 

P1120383

P1120384

 

Une belle alliance de la nature printannière et des vestiges.

Sources : le Guide du Routard, document distribué au visiteur et Le Guide Vert

*

Si cet article a suscité le moindre intérêt pour vous, merci de laisser un commentaire, aussi laconique soit-il.

*