Le juste

"Où est le juste? »
demandait l’enfant
qui ne trouvait autour de lui
aucune réponse à ses interrogations.

Aurait-il fallu lui dire que le juste
est un moment fragile
entre clarté et ombre, entre chaud et froid
entre injustice et équité?

Fallait-il lui révéler que le juste
est un instant d’étonnement entre certitudes et doutes,
entre demandes et réponses, entre oui et non?

Faudrait-il lui permettre de sentir que le juste est dans l’accord infime 
de deux regards, dans l’écoute centrée, dans le don et le reçu partagés?

Serait-il nécessaire de l’éveiller à entendre que le juste est une recherche
ardente jamais achevée, toujours poursuivie aux dérobances de la vie ?

Et peut-être lui chuchoter que le juste est dans un abandon, un lâcher prise
quand nous savons l’accueillir. Qu’il est aussi, le juste, dans ce bien être
soudain de l’imprévisible étonné de se sentir bon, réel, entendu, reconnu
là où nous sommes. De sentir aussi que le juste est une quête
vers le meilleur de l’autre et de soi pour plus d’unité et de plénitude …

 

Jacques Salomé est l’auteur de Je t’appelle tendresse, Je m’appelle toi,
Car nous venons tous de notre enfance, publié chez Albin Michel