Unknown

 

« Il n’y a plus rien et ce rien, on vous le laisse ! 
Foutez-vous-en jusque-là, si vous pouvez 
Nous, on peut pas
Un jour, dans dix mille ans
Quand vous ne serez plus là
Nous aurons TOUT
Rien de vous
Tout de Nous

Nous aurons eu le temps d’inventer la Vie, la Beauté, la Jeunesse
Les Larmes qui brilleront comme des émeraudes dans les yeux des filles
Le sourire des bêtes enfin détraquées 
La priorité à Gauche, permettez !

Nous ne mourrons plus de rien 
Nous vivrons de tout

Et les microbes de la connerie que vous n’aurez pas manqué de nous léguer, montant
De vos fumures
De vos livres engrangés dans vos silothèques
De vos documents publics
De vos règlements d’administration pénitentiaire 
De vos décrets
De vos prières, même
Tous ces microbes juridico-pantoufles...
Soyez tranquilles
Nous avons déjà des machines pour les révoquer

NOUS AURONS TOUT 
Dans dix mille ans ! »