C'est par un emprunt à la médiathèque de Nice que j'ai découvert ce cinéaste. Son nom ne m'était pas tout à fait inconnu. C'est pourquoi j'avais emprunté un film : Va et vient. Film auquel s'applique parfaitement le propos de Wikipedia : 

La plupart des films de Monteiro ont cette spécificité qu'ils échappent à toute catégorisation : ils sont irréductibles.

va_et_vient1-tt-width-160-height-178-crop-1-bgcolor-000000

 

João César Monteiro  né en 1939 et mort en 2003 au Portugal est un cinéaste et critique portugais auteur d'une vingtaine de films iconoclastes, où se côtoient poésie, tragique et burlesque.

 

Dans ce film, comme dans les autres, il tient le premier rôle, jouant ici un veuf qui fait tous les jours la même promenade en bus de chez lui à un jardin public. On voit différents petits événements rompant la monotonie du voyage. Joãao Vuvu (car c'est son nom) s'agite beaucoup dans ce bus, s'agenouillant ou hissant son regard au plus haut possible pour regarder (quoi? Nous le ne saurons pas, et peu importe)

Son autre occupation consiste à recruter des femmes de ménage qui se succèdent, toujours jeunes, et à qui il tient des conversations pour le moins très libres pour leur thème et le vocabulaire employé, appelant un(e) chat(te) un(e) chat(te). Aucune d'ailleurs ne fait jamis le moindre ménage. La sortie de son fils de prison va déclencher de sombres événements.

 Monteiro prend souvent possession d'œuvres ou de fragments d'œuvres d'autres artistes et en devient le co-auteur en n'hésitant pas à détruire leur unité originelle pour les transformer en une œuvre dont l'expressivité se voit ainsi renouvelée Cela engendre des lectures nouvelles pour les spectateurs, mais ce procédé est également propice à la controverse au sein d'une réception critique souvent mitigée.

Il tourne sur la fin de sa vie Va et Vient.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Va_et_vient_(film)

 

Extraits: 

 

45mn en Portugais :

 

JOAO CESAR MONTEIRO. VAI E VEM . VA Y VIENE. FILME / PELICULA part 2

 

Une scène où c'est l'employeur qui fait le ménage et non la femme recrutée pour ce faire :

 

Il meurt d'un cancer avant la sortie du film, présenté hors compétition lors du festival de Cannes 2003.

Pour plus de détails :

http://fr.wikipedia.org/wiki/João_César_Monteiro

monteiro

Un réalisateur iconoclaste et émouvant. 

*

Hasard de la vie : le lendemain de la découverte de cet auteur je regarde un film d'un autre réalisateur à l'univers très personnel, ROBERT KRAMER : Doc's Kingdom, tourné en 1987. Et qui vois-je jouant un rôle? Eh oui, Monteiro en personne :

B6bwBp2IUAArFvu

 

Les hasards de la vie... Y a-t-il des hasards?