*

Bien sûr que le film de Xavier Dolan peut laisser indifférent.

*

laurence-anyways-by-xavier-dolan-L-vfsmGD

 

*

Mais si l'on est intéressé par la problématique qu'il développe, ce film peut être passionnant.

En effet, il traite de la question de l'identité sexuée (plutôt que "sexuelle", parce qu'en l'occurrence la préférence sexuelle reste ce qu'elle est majoritairement, à savoir que le persoonage principal,  pourvu d'un sexe masculin, est attiré par les femmes, tandis que le terme "identité sexuelle" pourrait laisser penser qu'il est  question de choix entre attirance hétérosexuelle ou homosexuelle - encore qu'à la fin du film, la question de la sexualité du personnage de Laurence soit évacuée). L'on à affaire par là même à la question du rapport entre la génitalité et l'identité sexuelle, une question bien à l'ordre du jour.

     Laurence et Fred forment un couple ; qui est l'homme? Qui est la femme? L'on observe que d'entrée de jeu (je) les prénoms sont tous deux ambigus. Mais quand Laurence va faire son coming out, déclarant à Fred qu'il se vit femme et ne se sent pas dans cette peau de mâle qu'il doit porter, la question du couple va se poser dans le cataclysme qui va ébranler la femme en titre, Fred.

Qu'est-ce que tu aimes en moi si tu ne veux plus de moi quand je te dis ma vérité? demande Laurence.

La réponse est claire : je veux toi, en homme.

Ce qui sous-entend que ce qu'aime cette jeune femme n'est pas Laurence tel qu 'il elle se vit, mais Laurence tel qu'elle l'a connu e jusqu'alors.

    Qu'est-ce que l'amour? est évidemment la question qui est posée. Aime-t-on autrui pour les besoins qu'il satisfait en nous, ou l'aime-t-on pour ce qu'il est à ses propres yeux? Pour Fred(érique), la réponse est celle-ci : Quel jugement porter sur les années de relation écoulées? La réinterprétation est négative : elle réagit comme une quelqu'un qui a été trompé. Pour Laurence, l'inacceptable est que Fred n'aimait de lui qu'une apparence et non une essence, du moins une Vérité, la sienne à laquelle il ne peut plus échapper sous peine d'en mourir étouffé.

     La thématique du jugement sociétal sur les marginaux est traitée de façon plus convenue - encore que ... lorsque Laurence se présente pour la première fois à l'Université devant ses étudiants habillé en femme et maquillé(e) - mais avec ses cheveux courts masculins - la réaction de ceux-ci ne soit pas inintéressante.

*

laurence-anyways-1

 

*

     Les réactions des collègues, des gens dans la rue, sont plus attendues. Celle de la mère (Nathalie Baye) plus intéressante car échappant au monolithisme.

*

 

0

 

*

     Le jeu entre Suzanne Clément et Melvil Poupaud est tendu, qu'il soit dans la complicité festive d'"avant" ou dans l'amour-déchirement d'"après". 

*

phpThumb_generated_thumbnailjpg

*

J'y vois pour ma part référence aux films de John Cassavetes, où les couples s'étreignent et se déchirent conjointement pour trouver leur vérité - celle de l'Autre et sans doute la sienne propre . Autant dire que j'en suis extrêmement touché.

*

Love Streams 2

 

*

 

    
     La fin du film n'est pas bien claire à mes yeux cependant : faut-il la voir comme un happy end satisfaisant aux lois du marché? Je me plais à en douter ; ce serait trop décevant!

     Il me faudra sans doute approfondir ma réflexion, revoir le film : celui-ci n'épuise pas son contenu en un seul visionnage. Comme tous les bons films. D'autant que ce film est long, un peu trop long d'ailleurs.

*

995487_melvil-poupaud

 

*

 

     Laurence anyways est une réussite pour Xavier Dolan, 23 ans.

Comme quoi "... la valeur n'attend pas le nombre des années".
 *

Xavier-dolan-cannes-2012

 *

Sélection Festival de Cannes Un certain Regard.

*

 

 

*